Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
Comme un Béréen

Quelques mots sur la Sainte Cène (les Questions)

30 Décembre 2016 Publié dans #Sainte Cène, #religion-religiosité ?, #Alliance

Luc 22:17-20   Et, ayant pris une coupe et rendu grâces, il dit: Prenez cette coupe, et distribuez-la entre vous; car, je vous le dis, je ne boirai plus désormais du fruit de la vigne, jusqu'à ce que le royaume de Dieu soit venu. Ensuite il prit du pain; et, après avoir rendu grâces, il le rompit, et le leur donna, en disant: Ceci est mon corps, qui est donné pour vous; faites ceci en mémoire de moi. Il prit de même la coupe, après le souper, et la leur donna, en disant: Cette coupe est la nouvelle alliance en mon sang, qui est répandu pour vous.

Luc 22:17-20 Et, ayant pris une coupe et rendu grâces, il dit: Prenez cette coupe, et distribuez-la entre vous; car, je vous le dis, je ne boirai plus désormais du fruit de la vigne, jusqu'à ce que le royaume de Dieu soit venu. Ensuite il prit du pain; et, après avoir rendu grâces, il le rompit, et le leur donna, en disant: Ceci est mon corps, qui est donné pour vous; faites ceci en mémoire de moi. Il prit de même la coupe, après le souper, et la leur donna, en disant: Cette coupe est la nouvelle alliance en mon sang, qui est répandu pour vous.

Fiche N°1 (Fait suite à la fiche Qu'est-ce qu'une Tradition)

<--- Précédent

QUELQUES MOTS SUR LA SAINTE CENE

Les Questions

 

Il ne faudrait pas faire n'importe quoi à propos de la Sainte Cène :

  • Néhémie a été tenté de désobéir aux ordonnances divines par Schemaeja qui essayait de susciter la peur Néh.6:10-13
  • Adam a désobéi à Dieu, poussé par Eve car Adam a juste fait comme tout le monde faisait à l'époque, or à cet époque, "tout le monde", ça voulait dire juste Eve... Gen 3:11-12

Et Dieu nous avertit de ne pas suivre ni la multitude, ni même l'avis du pauvre (=pauvre spirituellement aussi, par exemple) pour aller contre la justice, contre ce qui est juste aux yeux de Dieu donc contre la Vérité (=la Parole) Exo 23:2-3  Tu ne suivras point la multitude pour faire le mal; et tu ne déposeras point dans un procès en te mettant du côté du grand nombre, pour violer la justice. Tu ne favoriseras point le pauvre dans son procès.

I / Le Problème de la Sainte Cène avec des gobelets inviduels est le suivant :
  • Pourquoi le contenu (=le vin qui symbolise le sang) devrait-il être présenté dans une coupe plutôt que dans des gobelets individuels ?  et je dis expressément des "gobelets individuels" et non pas des "coupelles individuelles" car on verra que ce qui est le plus souvent nié est carrément le mot "coupe" aussi, puisqu'on ne veut pas considérer le contenant mais seulement le contenu quand on défend la Sainte Cène servie avec "des gobelets individuels".
  • Il est vrai que la charité pour les immunodéprimés (=ceux dont les défenses immunitaires du corps sont affaiblies et qui sont plus fragiles face aux microbes), par exemple, pourrait nous inciter à l'usage des coupelles individuelles mais il ne faudrait pas, non plus, toucher à un quelconque enseignement doctrinal de la Bible pour chaque exception rencontrée, c'est-à-dire, ici : il ne faudrait pas toucher à la signification spirituelle de la Sainte Cène.

==> Mais y a-t-il une une signification, un symbole, dans le fait d'avoir une coupe plutôt que de servir des coupelles individuelles ?
Avoir 1 coupe pour la Sainte Cène, cela a-t-il vraiment de l'importance ?

 

II / Rappel :   L'Ancienne Alliance 

Dieu a fait alliance avec le peuple hébreux au mont Sinaï : Ex 19:5-8
Maintenant, si vous écoutez ma voix, et si vous gardez mon alliance, vous m'appartiendrez entre tous les peuples, car toute la terre est à moi; vous serez pour moi un royaume de sacrificateurs et une nation sainte. Voilà les paroles que tu diras aux enfants d'Israël. Moïse vint appeler les anciens du peuple, et il mit devant eux toutes ces paroles, comme l'Eternel le lui avait ordonné. Le peuple tout entier répondit: Nous ferons tout ce que l'Eternel a dit. Moïse rapporta les paroles du peuple à l'Eternel.

Cette alliance consistait en des commandements, des lois données par Dieu = La Loi dont le signe était les Tables de l'Alliance, les Tables de la Loi = Le Témoignage   (Ex 40:20  Il prit le témoignage, et le plaça dans l'arche; il mit les barres à l'arche, et il posa le propitiatoire au-dessus de l'arche.) mais une alliance étant un accord entre 2 partis, il faut aussi considérer que l'alliance qui a été scellée par le sang des animaux en Ex 24:3-8, incluait aussi la parole du peuple face à ce que Dieu donnait. Une alliance est un accord entre 2 partis : Dieu a donné ses commandements, ses exigences pour qu'on soit dans sa justice (c'est-à-dire pour être dans un état où Dieu a un regard "favorable" sur nous = être regardé par Dieu comme juste) et le peuple a alors accepté en disant "Nous ferons tout ce que l'Eternel a dit" : donc l'alliance pouvait être scellée selon ces paroles, selon cet accord mutuel entre les 2 partis qui font alliance.

Ex 24:3-8 Moïse vint rapporter au peuple toutes les paroles de l'Eternel et toutes les lois. Le peuple entier répondit d'une même voix: Nous ferons tout ce que l'Eternel a dit. Moïse écrivit toutes les paroles de l'Eternel. Puis il se leva de bon matin; il bâtit un autel au pied de la montagne, et dressa douze pierres pour les douze tribus d'Israël. Il envoya des jeunes hommes, enfants d'Israël, pour offrir à l'Eternel des holocaustes, et immoler des taureaux en sacrifices d'actions de grâces. Moïse prit la moitié du sang, qu'il mit dans des bassins, et il répandit l'autre moitié sur l'autel. Il prit le livre de l'alliance, et le lut en présence du peuple; ils dirent: Nous ferons tout ce que l'Eternel a dit, et nous obéirons. Moïse prit le sang, et il le répandit sur le peuple, en disant: Voici le sang de l'alliance que l'Eternel a faite avec vous selon toutes ces paroles.


En effet, si on prend aussi le sens de testament, le testateur (celui qui établit son testament) laisse son testament = ce qu'il donne , mais pour bénéficier de ce testament, il faut que l'autre parti accepte de recevoir ce testament : un testament qui n'est pas accepté ne constitue pas une alliance entre 2 partis.
Et pour sceller cette alliance entre les 2 partis, Moïse a répandu le sang de l'alliance car pour sceller l' alliance devant Dieu car c'est par le sang qu'un testament est scellé devant Dieu Héb 9:16-22

Héb 9:16-22  Car là où il y a un testament, il est nécessaire que la mort du testateur soit constatée.  Un testament, en effet, n'est valable qu'en cas de mort, puisqu'il n'a aucune force tant que le testateur vit. Voilà pourquoi c'est avec du sang que même la première alliance fut inaugurée. Moïse, après avoir prononcé devant tout le peuple tous les commandements de la loi, prit le sang des veaux et des boucs, avec de l'eau, de la laine écarlate, et de l'hysope; et il fit l'aspersion sur le livre lui-même et sur tout le peuple, en disant: Ceci est le sang de l'alliance que Dieu a ordonnée pour vous. Il fit pareillement l'aspersion avec le sang sur le tabernacle et sur tous les ustensiles du culte. Et presque tout, d'après la loi, est purifié avec du sang, et sans effusion de sang il n'y a pas de pardon.

Mais on verra que cette alliance (= l'Ancienne Alliance) basée sur le testament de Dieu (=ses volontés, ses exigences afin d'être considéré juste  et qu'ainsi Dieu nous "regarde d'un oeil favorable"), cette alliance conclue avec l'acceptation de l'autre parti = le peuple qui a déclaré par sa parole "Nous ferons tout ce que l'Eternel a dit", a été rompue non pas par Dieu mais par le peuple qui n'a pas pu tenir son engagement. Le peuple n'a pas pu tenir l'engagement qu'il avait pris de suivre ce que Dieu demandait pour être dans les conditions exigées par le testament de Dieu.
Héb 8:9   
Non comme l'alliance que je traitai avec leurs pères, Le jour où je les saisis par la main Pour les faire sortir du pays d'Egypte; Car ils n'ont pas persévéré dans mon alliance, Et moi aussi je ne me suis pas soucié d'eux, dit le Seigneur.

Et on verra que ce qui a été la cause de cette rupture de l'Ancienne Alliance entre Dieu et son peuple, ce n'est pas que ce que Dieu demandait était mauvais aux yeux du peuple ou pas assez digne d'y consacrer des efforts, bien au contraire, le peuple voyait que ce que Dieu donnait était bon, mais c'est que le peuple a cru en ses propres capacités à pouvoir répondre aux exigences de Dieu.
Le peuple n'a pas dit à Dieu de les aider pour pouvoir répondre à ses exigences, à ses lois, mais le peuple a dit "Nous ferons tout ce que l'Eternel a dit", c'est-à-dire que le peuple croyait qu'il pourrait faire lui-même ce que Dieu voulait. Et c'est ça le problème de ceux qui cherchent à suivre la loi, les exigences de Dieu, par leurs propres capacités et qui croient donc en la capacité de l'Homme à répondre aux exigences de Dieu pour devenir juste aux yeux de Dieu et être ainsi en sa faveur.

voir aussi Jos. 24:16-28 où le peuple réitère son engagement à suivre Dieu
Le peuple répondit, et dit: Loin de nous la pensée d'abandonner l'Eternel, et de servir d'autres dieux!
Car l'Eternel est notre Dieu; c'est lui qui nous a fait sortir du pays d'Egypte, de la maison de servitude, nous et nos pères; c'est lui qui a opéré sous nos yeux ces grands prodiges, et qui nous a gardés pendant toute la route que nous avons suivie et parmi tous les peuples au milieu desquels nous avons passé. Il a chassé devant nous tous les peuples, et les Amoréens qui habitaient ce pays. Nous aussi, nous servirons l'Eternel, car il est notre Dieu.
Josué dit au peuple: Vous n'aurez pas la force de servir l'Eternel, car c'est un Dieu saint, c'est un Dieu jaloux; il ne pardonnera point vos transgressions et vos péchés. Lorsque vous abandonnerez l'Eternel et que vous servirez des dieux étrangers, il reviendra vous faire du mal, et il vous consumera après vous avoir fait du bien. Le peuple dit à Josué: Non! car nous servirons l'Eternel. Josué dit au peuple: Vous êtes témoins contre vous-mêmes que c'est vous qui avez choisi l'Eternel pour le servir. Ils répondirent: Nous en sommes témoins. Otez donc les dieux étrangers qui sont au milieu de vous, et tournez votre coeur vers l'Eternel, le Dieu d'Israël. Et le peuple dit à Josué: Nous servirons l'Eternel, notre Dieu, et nous obéirons à sa voix. Josué fit en ce jour une alliance avec le peuple, et lui donna des lois et des ordonnances, à Sichem. Josué écrivit ces choses dans le livre de la loi de Dieu. Il prit une grande pierre, qu'il dressa là sous le chêne qui était dans le lieu consacré à l'Eternel. Et Josué dit à tout le peuple: Voici, cette pierre servira de témoin contre nous, car elle a entendu toutes les paroles que l'Eternel nous a dites; elle servira de témoin contre vous, afin que vous ne soyez pas infidèles à votre Dieu. Puis Josué renvoya le peuple, chacun dans son héritage.

 

Mais les explications concernant l'Ancienne et la Nouvelle Alliance étant un sujet très vaste, je ferai des fiches sur les 2 Alliances; fiches qu'il sera très utile de consulter pour comprendre encore mieux pourquoi le problème des coupelles individuelles dans la Sainte Cène n'est pas une chose anodine à traiter superficiellement.

III /  Résumé succinct sur la Nouvelle Alliance

Avec le sacrifice de Jésus est "arrivée" la Nouvelle Alliance.

Mais qu'est-ce que "la Nouvelle Alliance" très précisément ?
Héb 8:8-13 

Car c'est avec l'expression d'un blâme que le Seigneur dit à Israël: Voici, les jours viennent, dit le Seigneur, Où je ferai avec la maison d'Israël et la maison de Juda Une alliance nouvelle, Non comme l'alliance que je traitai avec leurs pères, Le jour où je les saisis par la main Pour les faire sortir du pays d'Egypte; Car ils n'ont pas persévéré dans mon alliance, Et moi aussi je ne me suis pas soucié d'eux, dit le Seigneur.
Mais voici l'alliance que je ferai avec la maison d'Israël, Après ces jours-là, dit le Seigneur: Je mettrai mes lois dans leur esprit, Je les écrirai dans leur coeur; Et je serai leur Dieu, Et ils seront mon peuple. Aucun n'enseignera plus son concitoyen, Ni aucun son frère, en disant: Connais le Seigneur! Car tous me connaîtront, Depuis le plus petit jusqu'au plus grand d'entre eux; Parce que je pardonnerai leurs iniquités, Et que je ne me souviendrai plus de leurs péchés.
En disant: une alliance nouvelle, il a déclaré la première ancienne; or, ce qui est ancien, ce qui a vieilli, est près de disparaître.
Ceci étant un rappel de Jér. 31:31-34, donc on voit que la Nouvelle Alliance était déjà prévue dans les écrits de la partie de la Bible nommée l'Ancien Testament

Pour des explications plus détaillées, je répète qu'il faudra voir les articles que j'écrirai plus tard sur les 2 Alliances.

Cette Nouvelle Alliance parle du pardon venant de Dieu (=la Grâce) mais aussi de l'action du Saint-Esprit dans le coeur du croyant de la relation du croyant avec l'Eternel qui sera son Dieu ("je serai leur Dieu"), mais aussi de la relation du croyant avec ses frères et soeurs car on parle de peuple de Dieu ("ils seront mon peuple").

Ainsi, dans cette Nouvelle Alliance, tout comme dans l'Ancienne Alliance (cf Ex 9:5-6), on considère la relation à Dieu mais aussi la relation entre les hommes appartenant à Dieu : ils seront un peuple.
(voir la fiche Un Peuple que j'écrirai plus tard).
Rmq: dans cette Nouvelle Alliance, il est bien écrit "ils seront mon peuple" et non pas une phrase du genre : ils m'appartiendront chacun, ou ils seront chacun à moi.

Or quelque chose unit, lie les gens d'un peuple :
en définition du mot "peuple", je citerai une personne qui n'est pas chrétienne mais qui a donné une définition qui aide à comprendre ce qu'est un "peuple" :
Dans la Rome antique, Cicéron écrit dans l'ouvrage LA REPUBLIQUE : "Par peuple, il faut entendre, non tout un assemblage d'hommes groupés en un troupeau d'une manière quelconque, mais un groupe nombreux d'hommes associés les uns aux autres par leur adhésion à une même loi et par une certaine communauté d'intérêt."
Et on comprend alors que pour le peuple de Dieu de la Nouvelle Alliance, ce qui unit, ce qui lie les individus qui appartiennent à ce peuple c'est le fait qu'ils vivent sous la même Nouvelle Alliance.

On pourrait schématiser les relations dans cette Nouvelle Alliance ainsi :

Quelques mots sur la Sainte Cène (les Questions)

 

IV /  Le Rapport de la Nouvelle Alliance avec la Sainte Cène :

Il existe un rapport, un rapprochement entre la Nouvelle Alliance et la Sainte Cène comme on le voit écrit dans les passages :
Luc 22:20   Il prit de même la coupe, après le souper, et la leur donna, en disant: Cette coupe est la nouvelle alliance en mon sang, qui est répandu pour vous.
I Cor 11:25  De même, après avoir soupé, il prit la coupe, et dit: Cette coupe est la nouvelle alliance en mon sang; faites ceci en mémoire de moi toutes les fois que vous en boirez.


Au vue de ces passages, peut-on alors aller jusqu'à attribuer le symbolisme de la Nouvelle Alliance à la coupe ? Car si on lit simplement et littéralement ces 2 textes, on aurait presque tendance à penser que lorsqu'il est écrit "cette coupe est la nouvelle alliance en mon sang" cela signifie : cette coupe est la nouvelle alliance qui est scellée, qui est inaugurée ou authentifiée, par mon sang... 

Mais très souvent,  si on émet cette interprétation aussi simple, on se voit alors rétorquer qu'il est plutôt fait allusion au contenu de la coupe plutôt qu'au contenant qui est la coupe elle-même.
Mais si on poursuit alors ce raisonnement jusqu'au bout, qui est de considérer que c'est au contenu que font référence ces 2 passages. Si on considère que lorsqu'il est écrit que la "coupe est la nouvelle alliance en mon sang", Jésus fait référence au contenu de la coupe et non pas le contenant, on peut alors avoir l'interprétation suivante :

cette coupe est la nouvelle alliance en mon sang
    I
    I   on parle non pas du contenant mais du contenu = le vin
    I
   V
donc = le vin (le contenu de la coupe) est la nouvelle alliance en mon sang
    I
    I   or le vin symbolise le sang de Christ
    I
   V
donc = le sang de Christ est la nouvelle alliance en mon sang
    I
    I   ce qui donne en résultat de cette interprétation :
    I
   V
mon sang est la nouvelle alliance en mon sang
et en prenant la traduction en Français Courant pour encore mieux comprendre où en en arrive :
ça donnerait alors un truc du genre : mon sang est la nouvelle alliance garantie par mon sang qui est versé pour vous.

Est-ce qu'on peut au moins reconnaître que ce serait quelque de bizarre que: 
le sang versé par Christ garantisse le sang versé par Christ ?

En tout cas, le schéma d'une alliance (qui serait représentée par le contenu= le vin qui symbolise le sang) qui est garantie, payée par elle-même (= le sang) ne ressemble pas au schéma de l'Ancienne Alliance où le sang des sacrifices d'animaux garantissait, payait le prix pour sceller l'Ancienne Alliance.
Ex 24:7-8  Il prit le livre de l'alliance, et le lut en présence du peuple; ils dirent: Nous ferons tout ce que l'Eternel a dit, et nous obéirons. Moïse prit le sang, et il le répandit sur le peuple, en disant: Voici le sang de l'alliance que l'Eternel a faite avec vous selon toutes ces paroles.
On comprend bien, dans l'Ancienne Alliance, qu'il n'y a pas d'amalgame à faire entre le sang de l'alliance et l'alliance en elle-même : le sang est le prix payé pour sceller l'alliance mais l'alliance est une sorte de "contrat" entre les 2 partis en présence = Dieu qui donne son testament (avec ses exigences et les bénéfices qui en découleront donc) et le peuple qui accepte volontairement d'entrer dans ce "contrat", certes de façon charnelle et en comptant sur ses propres capacités mais il y a une acceptation du "contrat" par le peuple.

Pour la Nouvelle Alliance, c'est pareil.
Il ne faudrait donc pas faire d'amalgame mais il faudrait employer les termes exacts et précis quand on parle de la Nouvelle Alliance et quand on parle du Sang de la Nouvelle Alliance car très souvent, on prend un raccourci dangereux et emmenant de la confusion, quand on dit que l'Alliance c'est le Sang.
En effet, le sang de Christ est le prix payé pour scellé la Nouvelle Alliance mais il ne faut pas prendre le raccourci de dire que le Sang, c'est l'Alliance.

Est-ce que le prix payé pour une assurance-vie, par exemple, est l'assurance-vie en elle-même ?
Ou est-ce que le prix payé est plutôt la condition pour que l'assurance-vie soit appliquée ?

Est-ce qu'un testament ne consiste seulement qu'en la mort du testateur ?   =  Est-ce que la mort du testateur est le testament en lui-même ?
Ou est-ce que la mort du testateur est plutôt l'"inauguration" du testament, la condition pour que le testament soit applicable car le testateur est mort ?

(voir la fiche Le Sang et la Nouvelle Alliance, attention aux raccourcis de language qui peuvent entraîner de la confusion)

Par Conséquent, éliminons déjà de nos bouches le raccourcis inexact et qui peut prêter à confusion de dire :  "le sang, c'est l'alliance".
Le sang a toute son importance car c'est la condition pour que le testament encore en application, car c'est le prix à payer sans lequel l'alliance ne peut être appliquée mais ce n'est pas l'Alliance en elle-même dans son entièreté : on peut dire que c'est la "valeur" de l'alliance mais l'Alliance ne se réduit pas au prix payé.

V /   Y a-t-il une importance de la coupe dans la Sainte Cène (par rapport à des gobelets individuels)?

Les 3 récits de la Cène :
Matt 26:26-29
Pendant qu'ils mangeaient, Jésus prit du pain; et, après avoir rendu grâces, il le rompit, et le donna aux disciples, en disant: Prenez, mangez, ceci est mon corps.
Il prit ensuite une coupe; et, après avoir rendu grâces, il la leur donna, en disant: Buvez-en tous; car ceci est mon sang, le sang de l'alliance, qui est répandu pour plusieurs, pour la rémission des péchés. Je vous le dis, je ne boirai plus désormais de ce fruit de la vigne, jusqu'au jour où j'en boirai du nouveau avec vous dans le royaume de mon Père.
Mc 14:22-25
Pendant qu'ils mangeaient, Jésus prit du pain; et, après avoir rendu grâces, il le rompit, et le leur donna, en disant: Prenez, ceci est mon corps.
Il prit ensuite une coupe; et, après avoir rendu grâces, il la leur donna, et ils en burent tous. Et il leur dit: Ceci est mon sang, le sang de l'alliance, qui est répandu pour plusieurs. Je vous le dis en vérité, je ne boirai plus jamais du fruit de la vigne, jusqu'au jour où je le boirai nouveau dans le royaume de Dieu.
Lc 22:14-20
L'heure étant venue, il se mit à table, et les apôtres avec lui.
Il leur dit: J'ai désiré vivement manger cette Pâque avec vous, avant de souffrir; car, je vous le dis, je ne la mangerai plus, jusqu'à ce qu'elle soit accomplie dans le royaume de Dieu. Et, ayant pris une coupe et rendu grâces, il dit: Prenez cette coupe, et distribuez-la entre vous; car, je vous le dis, je ne boirai plus désormais du fruit de la vigne, jusqu'à ce que le royaume de Dieu soit venu. Ensuite il prit du pain; et, après avoir rendu grâces, il le rompit, et le leur donna, en disant: Ceci est mon corps, qui est donné pour vous; faites ceci en mémoire de moi. Il prit de même la coupe, après le souper, et la leur donna, en disant: Cette coupe est la nouvelle alliance en mon sang, qui est répandu pour vous

On voit qu'il y a un verset dans Luc qui ne se retrouve pas dans Matthieu ni dans Marc et il s'agit du verset Lc 22:20 Il prit de même la coupe, après le souper, et la leur donna, en disant: Cette coupe est la nouvelle alliance en mon sang, qui est répandu pour vous.
Pendant le repas, Jésus a pris une coupe et après avoir rendu grâces, il la leur donne pour qu'ils la distribuent et en boivent tous (c'est dans les 3 passages). Mais en Luc, il est rajouté qu'après le souper, Jésus a de nouveau pris la coupe et la leur a donnée en disant cette phrase qui ne se retrouve pas dans les 2 autres livres "Cette coupe est la nouvelle alliance en mon sang, qui est répandu pour vous".

A noter que cette phrase se retrouve quand-même dans un autre passage du Nouveau Testament : 
I Cor 11:25   De même, après avoir soupé, il prit la coupe, et dit: Cette coupe est la nouvelle alliance en mon sang; faites ceci en mémoire de moi toutes les fois que vous en boirez.

 

Mais examinons comment s'est déroulée cette cène :

  • La cène se déroule lors du repas, on peut alors penser qu'il devait certainement y avoir plusieurs coupes sur la table car il est écrit que Jésus pris une coupe.
  • Jésus prend donc une coupe (Lc 22:17). Il semble que Jésus prenne une coupe quelconque et c'est pour cela qu'il est écrit "une" coupe et que rien n'est indiqué sur cette coupe. Donc, à ce moment-là, la coupe est indéterminée, elle pourrait être n'importe quelle coupe présente dans le lieu : la nature, l'aspect, la taille de la coupe prise n'a aucune importance en elle-même.
  • Jésus rend grâces, donne le pain et la coupe à ces disciples en leur disant de la distribuer, d'en boire tous. A ce moment-là, pendant le repas, Jésus explique à ses disciples que ce qu'ils boivent dans la coupe, ce qui leur est donné à boire est le sang de l'alliance donc Jésus, pendant le repas, parle du vin qu'ils doivent boire tous et qui symbolise le sang de l'alliance.
  • En Luc 22:20, il est alors ajouté qu'à la fin du repas, Jésus prend de nouveau la coupe en disant à ses disciples, lorsqu'il la leur donne ainsi à la fin du repas : que cette coupe est la nouvelle alliance en son sang qui est répandu pour eux, pour nous.

Par conséquent, si on essaie d'appliquer ici l'interprétation comme quoi c'est le contenu qui a de l'importance, c'est au vin que Jésus se réfère quand il dit que la coupe est la nouvelle alliance, alors on en arriverait à la conclusion que :
- pendant le repas, le vin symbolise le sang de l'alliance d'après ce que Jésus dit
- à la fin du repas, le vin symboliserait la nouvelle alliance  ???

Si on garde cette interprétation comme quoi Jésus se réfère toujours au contenu et que le contenant lui-même n'est jamais pris en considération alors ce contenu (qui est le vin) serait le symbole de 2 choses = du sang qui scelle l'alliance mais aussi de l'alliance qui est scellée par le sang... !!!
Autant dire que ce serait vraiment une nouvelle doctrine bizarre que de dire que le vin symbolise à la fois le sang qui scelle l'alliance et l'alliance qui est scellée par le sang !!!!

Alors il faudrait peut-être se demander si le fait que Jésus parle du sang de l'alliance pendant le repas en considérant le contenu de la coupe (= le vin) et de la nouvelle alliance après le repas, après que les disciples eurent tous bu le contenu de la coupe, a une importance ? Car alors pourrait se profiler une différenciation possible entre le contenu et le contenant  (= ????)

D'autant que si on y réfléchit : après le repas, soit il ne restait plus de vin dans cette coupe qu'ils ont partagée soit, s'il restait quand-même du vin dans la coupe après le repas, c'est du vin qu'ils ne boiront plus puisque c'était la fin du repas : donc dire que l'alliance est représentée par le vin qu'il n'y a plus dans la coupe ou par le vin qui resterait dans la coupe mais qui ne serait pas bu car c'est après le repas que Jésus a pris cette coupe pour dire que cette coupe est la nouvelle alliance en son sang , cela serait vraiment un manque de clarté pour la compréhension symbolique, n'est-ce pas ???

 

VI /  Peut-on alors aller jusqu'à penser que Luc 22:20 puisse réellement dire que la coupe est la nouvelle alliance (comme c'est exactement écrit) ?

Alors certains pourrait penser à une quelconque recherche du saint grâal ou d'autres choses comme ça ...

Mais là serait l'excès dans l'autre sens car, en fait, qu'est-ce qui a donné sa valeur à la coupe ?
Qu'est-ce qui a différencié cette coupe parmi les autres coupes entre le début et la fin du repas, puisqu'au début il est juste dit que Jésus pris une coupe (quelconque) mais qu'à la fin du repas, il est écrit que Jésus a pris la coupe et a dit "cette coupe..." ?

Ce n'est pas son aspect puisqu'il est écrit que Jésus a pris une coupe = indéfinie.

Non, à la fin du repas, ce qui différencie cette coupe-là des autres coupes qui devaient être présentes dans le lieu, c'est le fait que c'est la coupe que Jésus a donnée à ces disciples et le fait que c'est la coupe qu'ils ont partagée, dont ils ont distribué le contenu, le vin à boire par tous.

Donc de même que nous n'allons pas courir après le pain que les disciples ont partagé, car il ne s'agit que d'un symbole, nous n'allons pas courir après une coupe car il ne s'agit aussi que d'un symbole.

Mais de là à dire que la coupe n'a pas d'importance mais que seul le contenu (= le vin) a de l'importance, serait un raccourcis à avoir reçu en enseignement de la part de Dieu car mettre des contenants qui seraient qualifiés de "sans importance" et qui seraient , en plus, individuels (donc pas à partager) devrait être pesé par rapport aux passages de la Bible et surtout devrait être au moins porté devant Dieu comme une prière dont il nous faut une réponse par le Saint Esprit et en rapport avec la Bible et ne devrait surtout pas être envisagé comme si on changeait seulement la couleur des chaises des salles de prière.

Rappelons-nous qu'une alliance est un lien contracté entre des partis; or dans la Bible, on parle de coupes qui sont un lien, une communion entre ceux qui boivent tous le contenu de cette coupe qu'ils partagent :
- coupe de bénédiction à partager entre ceux qui boivent tous à cette coupe qui les lie ensemble à la même bénédiction
- coupe de malédiction à partager entre ceux qui boivent tous à cette coupe qui les lie ensemble à la même malédiction
Ps75:9  Il y a dans la main de l'Eternel une coupe, Où fermente un vin plein de mélange, Et il en verse: Tous les méchants de la terre sucent, boivent jusqu'à la lie
Jér 25:15  Car ainsi m'a parlé l'Eternel, le Dieu d'Israël: Prends de ma main cette coupe remplie du vin de ma colère, Et fais-la boire à toutes les nations Vers lesquelles je t'enverrai
Jér 51:7  Babylone était dans la main de l'Eternel une coupe d'or, Qui enivrait toute la terre; Les nations ont bu de son vin: C'est pourquoi les nations ont été comme en délire. 
Zac 12:2  Voici, je ferai de Jérusalem une coupe d'étourdissement Pour tous les peuples d'alentour, Et aussi pour Juda dans le siège de Jérusalem.
Matt 20:22-23  Jésus répondit: Vous ne savez ce que vous demandez. Pouvez-vous boire la coupe que je dois boire? Nous le pouvons, dirent-ils.
Et il leur répondit: Il est vrai que vous boirez ma coupe; mais pour ce qui est d'être assis à ma droite et à ma gauche, cela ne dépend pas de moi, et ne sera donné qu'à ceux à qui mon Père l'a réservé.
I Cor 10:16-22  La coupe de bénédiction que nous bénissons, n'est-elle pas la communion au sang de Christ? Le pain que nous rompons, n'est-il pas la communion au corps de Christ?
Puisqu'il y a un seul pain, nous qui sommes plusieurs, nous formons un seul corps; car nous participons tous à un même pain. Voyez les Israélites selon la chair: ceux qui mangent les victimes ne sont-ils pas en communion avec l'autel? Que dis-je donc? Que la viande sacrifiée aux idoles est quelque chose, ou qu'une idole est quelque chose? Nullement. Je dis que ce qu'on sacrifie, on le sacrifie à des démons, et non à Dieu; or, je ne veux pas que vous soyez en communion avec les démons. Vous ne pouvez boire la coupe du Seigneur, et la coupe des démons; vous ne pouvez participer à la table du Seigneur, et à la table des démons. Voulons-nous provoquer la jalousie du Seigneur? Sommes-nous plus forts que lui?
On voit dans ce passage que le mot coupe est associé à l'idée de "communion", "d'être en lien avec". Le contenu diffère mais le symbole du partage, du lien est toujours le même = une coupe !
On voit donc dans ces passages que la coupe est un contenant qui contient certes la part que chacun boit mais aussi c'est le contenant qui rassemble les parts de chacun et est donc le lien entre ces personnes. 

RMQ : en regardant une traduction de la Bible moins inspirée mais peut nous faire juste considérer les mots :  La Bible Chouraqui
Luc 22:17-19 Il prend une coupe, remercie et dit : "Prenez ceci et partagez-le entre vous. Oui, je vous dis : je ne boirai plus désormais du fruit de la vigne, avant que vienne le royaume d'Elohim." Il prend le pain, remercie, partage, leur donne et dit : "Ceci est le corps, le mien, donnée pour vous. Cela, faites-le en mémoire de moi"

I Cor 10:17 Puisqu'il est un seul pain et que nous sommes nombreux en un seul corps, oui, nous partageons tous un pain unique.
Le pain est unique = c'est pour cela que nous partageons le pain.
Or si Jésus dit de partager la coupe entre nous : peut-on dire qu'on partage quelque chose qui est individuel ?
Et si c'est important que le pain soit partagé, n'y a-t-il pas le même impératif de partage de la coupe puisque Jésus a dit de partager la coupe ? Or comment dire qu'on partage alors qu'on a affaire à des contenants individuels ?

 


VII /  Avertissements

Lév 10:1-3   Les fils d'Aaron, Nadab et Abihu, prirent chacun un brasier, y mirent du feu, et posèrent du parfum dessus; ils apportèrent devant l'Eternel du feu étranger, ce qu'il ne leur avait point ordonné. Alors le feu sortit de devant l'Eternel, et les consuma: ils moururent devant l'Eternel.
Moïse dit à Aaron: C'est ce que l'Eternel a déclaré, lorsqu'il a dit: Je serai sanctifié par ceux qui s'approchent de moi, et je serai glorifié en présence de tout le peuple. Aaron garda le silence.

Les fils d'Aaron ont été punis pour avoir apporté un feu étranger de leur propre initiative alors que Dieu ne leur avait jamais demandé cela.

II Sam. 6:6-7  Lorsqu'ils furent arrivés à l'aire de Nacon, Uzza étendit la main vers l'arche de Dieu et la saisit, parce que les boeufs la faisaient pencher. La colère de l'Eternel s'enflamma contre Uzza, et Dieu le frappa sur place à cause de sa faute. Uzza mourut là, près de l'arche de Dieu.
Uzza a été puni pour avoir voulu redresser l'arche de l'alliance de sa propre initiative alors qu'il n'en avait pas le droit.

Ces exemples montrent bien qu'avec une apparence de vouloir bien faire, on ne peut pas se permettre d'agir à notre guise, par la sagesse humaine dans les domaines concernant les choses de Dieu.

Offense = Intrusion de la volonté propre dans un domaine appartenant à l'autorité divine

 

Quand Dieu a montré à Moïse le Tabernacle, l'Arche de l'Alliance et tout ce qui s'y rapporte afin qu'il en fasse un semblable : Moïse n'a peut-être pas compris toute la signification, le symbolisme de tout ce qu'il a vu. Or le sens profond de tout cela a été révélé depuis que Jésus a tout accompli; mais pour que cette révélation soit flagrante bien des temps après, il a fallu que Moïse fasse sa part = reproduire tel quel ce qu'il avait vu, sans vouloir les modifier par commodité ou autres raisons. Ainis, tous les symboles sont demeurés intacts pour les générations d'après qui ont avancé dans le plan global de Dieu (par exemple, il est plus facile de comprendre certains symboles après que le Nouveau Testament ait été écrit)
Héb.8:5   lesquels célèbrent un culte, image et ombre des choses célestes, selon que Moïse en fut divinement averti lorsqu'il allait construire le tabernacle: Aie soin, lui fut-il dit, de faire tout d'après le modèle qui t'a été montré sur la montagne.
Ex 39:43  Moïse examina tout le travail; et voici, ils l'avaient fait comme l'Eternel l'avait ordonné, ils l'avaient fait ainsi. Et Moïse les bénit.

N'avons-nous pas le même devoir envers les générations futures, tout comme certains chrétiens ont voulu conserver le symbole de l'immersion dans le baptême afin de ne pas oublier ce que signifie spirituellement cette immersion ?

Maintenant, sans vouloir être celui qui arrive à dire ce que symbolise chaque chose de la Bible, essayons de voir s'il n'y aurait pas quelque chose sur laquelle il faudrait s'interroger au niveau symbolique :
le vin de la Saint Cène symbolise le sang de Christ (c'est Jésus qui le dit, donc là, pas d'erreur doctrinale possible), or qu'est-ce que représente le sang ? = la vie (c'est encore écrit dans la Bible : Dt 12:23 Seulement, garde-toi de manger le sang, car le sang, c'est la vie; et tu ne mangeras pas la vie avec la chair), donc dans la Sainte Cène, Jésus symbolise le fait qu'il nous communique, qu'il nous donne sa vie.
je pose alors une hypothèse:
Pourrait-on alors penser que la coupe que Jésus donne symbolise donc le "rassemblement" de toute cette vie qu'il nous donne :  "rassemblement" car la coupe contient l'ensemble des parts que chacun prendra mais aussi "rassemblement" car chacun boira à la même "source" commune ?
En Lisant le Ps11:6 
Il fait pleuvoir sur les méchants Des charbons, du feu et du soufre; Un vent brûlant, c'est le calice qu'ils ont en partage., on constate que cette idée de part qui est contenu dans une coupe qu'on partage est effectivement bien rendu quand on complète notre lecture part une traduction de la Bible comme la Bible Darby : Il fera pleuvoir sur les méchants des pièges, du feu et du soufre; et un vent brulant sera la portion de leur coupe.

Mais aussi, contrairement au pain unique qui est divisé par Jésus puis donné ensuite, la coupe, elle est donnée par Jésus entière et complète mais c'est aux disciples de la partager, de la distribuer entre eux, comme si Jésus laissait la responsabilité à ces disciples de partager cette vie entre eux (tout comme Jésus avait laissé la responsabilité aux disciples de distribuer les pains et les poissons qu'il avait, lui, multipliés : Jésus fait sa part, mais il laisse aussi une part à faire aux disciple = distribuer ce qu'il a donné
Matt 14:15-19  Le soir étant venu, les disciples s'approchèrent de lui, et dirent: Ce lieu est désert, et l'heure est déjà avancée; renvoie la foule, afin qu'elle aille dans les villages, pour s'acheter des vivres. Jésus leur répondit: Ils n'ont pas besoin de s'en aller; donnez-leur vous-mêmes à manger. Mais ils lui dirent: Nous n'avons ici que cinq pains et deux poissons. Et il dit: Apportez-les-moi. Il fit asseoir la foule sur l'herbe, prit les cinq pains et les deux poissons, et, levant les yeux vers le ciel, il rendit grâces. Puis, il rompit les pains et les donna aux disciples, qui les distribuèrent à la foule. Il n'est pas dit que c'est Jésus qui a distribué mais bien les disciples car Jésus leur a dit "donnez-leur vous-même à manger", c'était leur part de disciple, part qui n'est pas dégradante mais au combien bénie de pouvoir donner à manger soi-même à ceux qui ont faim, de donner ce qu'on a reçu de Jésus.

Alors y aurait-il un enseignement laissé dans le fait de partager la coupe de vie qu'on reçoit de Jésus avec son prochain lors de la Sainte Cène, et que cette responsabilité n'est pas du domaine seulement de quelques-uns mais de tout disciple ?
Et que cela veuille dire aussi une chose plus spirituelle comme le fait que de partager la vie que Jésus nous donne est de la responsabilité de chaque disciple et non pas l'affaire de quelques pasteurs seulement ?
Et surtout : est-ce que le fait que ça ne manque à personne de partager sa coupe avec son prochain dans l'église mais qu'on préfère avoir des gobelets individuels pour se préserver de tout contact avec son prochain ne montre-t-il pas que nous avons déjà besoin de retrouver la foi que c'est Jésus qui nous garde et de retrouver l'amour pour son prochain au point d'accepter de partager ensemble ainsi la même coupe ?

Car qu'on arrête de me faire croire que c'est par amour pour les malades qu'on a fait ça ... Non, soyons vrais devant Dieu et ne lui mentons pas : c'est pour nous préserver nous-mêmes (ou tout au plus notre famille à nous) qu'on a fait ça, pour ne pas être contaminés par les malades !

Car je me rappelle très bien une des toutes premières émissions à la télévision, pour les malades du sida. La maman d'un enfant qui était séropositif a justement dit qu'elle buvait exprès dans le même verre que son fils pour lui montrer qu'il n'était pas un pestiféré dans la famille. Elle a dit qu'elle le faisait par amour pour son fils et parce qu'elle croyait les médecins qui disaient que le sida ne pouvait pas se donner par un simple contact avec le verre d'un malade = voilà de l'amour et voilà de la foi dans la médecine et dans ce que disent les médecins !

 

Suite ---> Fiche : Le Sang et la Nouvelle Alliance

 

Post-Scriptum :

Je viens encore de voir le verset  Ps11:6 "Il fait pleuvoir sur les méchants Des charbons, du feu et du soufre; Un vent brûlant, c'est le calice qu'ils ont en partage." qui rejoint encore l'idée que ce calice, cette coupe est le contenant qui contient certes la part que chacun boit mais c'est aussi le contenant qui rassemble les parts de chacun et c'est donc le lien entre ces personnes. 

Mais en allant alors plus loin dans ma recherche sur ce mot de "calice" , "coupe", je suis tombé sur quelque chose qui doit encore nous faire plus réfléchir au fait que l'individualité n'est pas du tout compatible avec la notion que ce mot de "coupe", "calice" veut laisser percevoir.
En effet, en allant sur le site saintebible.com qui donne des références et des définitions étymologique des mots, on voit que ce site explique que la racine du mot hébreux 
כּוֹס (kowc) qui est traduit par coupe (=cup, en anglais), est = "From an unused root meaning to hold together", ce qui se traduit par = "vient d'une racine peu utilisée qui veut dire porter ensemble, tenir ensemble".
voir le lien vers le site saintebible.com :  ici

et j'ai aussi retrouvé cette information sur un autre site que je ne connaissais pas = www.lueur.org, où cette information est donnée en français :  ici

http://www.lueur.org/bible/hebreu-grec/strong/h3563         --->   ce lien dit :

"...   כּוֹס (kowc) - Strong 03563

כּוֹס (kowc) est un terme hébreu trouvé 34 fois dans la Bible. Ce terme peut être traduit en français par coupe, calice, chat huant. Les autres traductions, ses usages et ses définitions sont indiqués ci-dessous.

Origine  vient d'une racine du sens de tenir ensemble

....  "   


Ainsi, dans l'ancien testament, le mot "coupe", "calice" , peut donc être très certainement une référence à la notion que j'ai expliquée plus haut = le contenant qui contient certes la part que chacun boit mais c'est aussi le contenant qui rassemble les parts de chacun et c'est donc le lien entre ces personnes. 
Alors certes, on peut se dire que cette notion est dans l'ancien testament donc, comme le nouveau testament est écrit en grec, on n'utilise plus ce mot en hébreu. Mais soyons quand même prudents car même si on veut prétendre que cette "coincidence" d'utilisation d'un objet qui pourrait peut-être symboliser quelque chose, est le "truchement du plus pur hasard", il faut quand-même considérer qu'au niveau symbolique ça serait vraiment antinomique de mettre sur la table du Seigneur des coupes individuelles c'est-à-dire au niveau de la signification = des "tenir ensemble" mais qui sont individuels.
Cela me rappellerait alors le cas du baptême d'eau qui est pratiqué, par ceux qui ont perdu la notion symbolique profonde du baptême, par aspersion de quelques gouttes sur la tête, alors que le mot baptiser signifie "immerger" et que cette immersion dans l'eau représente tout une symbolique (ce que j'ai fait remarqué déjà dans la fiche précédente : Qu'est-ce qu'une Tradition ). Ainsi ceux qui "baptisaient" en aspergeant juste quelques gouttes d'eau sur la tête prétendaient "immerger" en répandant juste quelques gouttes sur la tête et de même, avec la coupe maintenant : on prétendrait "tenir ensemble " mais individuellement ...

Rajout 2019 : voir la fiche "La Tour de Babel - L'Alliance Humaine"

Partager cet article
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :